Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Et maintenant, au travail !

Publié le par Julien Freyburger

Les élections régionales, marquées par une forte abstention et une victoire nette de l'opposition nationale, sont maintenant derrière nous. Quelques enseignements sont à en tirer.

 

Tout d'abord, la démobilisation d'une bonne partie de l'électorat qui a ainsi manifesté son peu d'intérêt pour le mode de scrutin et les enjeux régionaux. Ce n'est pas nouveau mais il s'agit d'une énième démonstration de la nécessité de rendre les institutions locales et les missions de leurs membres plus intelligibles. C'est leur crédibilité qui est ici en jeu.

 

Ensuite, la victoire nette de l'ensemble composite dominé par le PS constitue avant toute chose non pas un vote de défiance à l'égard du pouvoir exécutif mais un vote de méfiance à l'égard d'un contexte social et économique à l'évolution peu lisible. Des craintes se sont exprimées dans la société française. Il faut en tenir le plus grand compte.

 

Loin de moi l'idée de relativiser le succès de la plupart des équipes régionales sortantes. Ce résultat est aussi leur résultat même s'il est permis de penser que cet élément d'explication est loin d'être le seul.

 

Il nous faut aujourd'hui reprendre un travail sérieux d'écoute de nos concitoyens, de pédagogie et d'audace. L'un des objectifs à atteindre, et non des moindres, réside dans l'adaptation de notre mode de fonctionnement aux attentes des Français qui sont bien plus conscients de la nécessité de réformer qu'on ne peut le penser et le dire.

 

Cette orientation ne se conçoit pas sans que l'on redonne un vrai contenu à l'adjectif populaire. Une oeuvre politique, si courageuse soit-elle, ne peut produire ses fruits sans une assise large. Aux décideurs publics de prendre leur "bâton de pèlerin" pour que personne ne se trouve exclu de la préparation de notre avenir commun.

Publié dans En France et Ailleurs

Partager cet article

Région Lorraine : le choix de la clarté

Publié le par Julien Freyburger

Dimanche aura lieu le second tour des élections régionales. Les Lorrains auront le choix entre trois listes.

La liste conduite par Laurent Hénart "Priorité Emploi - Rassemblons les Lorrains" n'a pas changé à l'issue du premier tour, le projet proposé aux Lorrains non plus.

De leur côté, les socialistes ont fusionné avec les Verts. En quelques heures, l'accord était conclu. On peut légitimement se demander pourquoi, alors que prévaut maintenant un tel unanimisme, des listes différentes ont été présentées le 14 mars dernier.

Surtout, on peut se demander quelle serait l'attitude d'un exécutif régional PS - PC - Verts face à plusieurs grands dossiers. Deux exemples simples peuvent être cités : le prolongement de la ligne ferroviaire à grande vitesse (le PS est pour, les Verts y sont opposés) et le projet de liaison fluviale Moselle Saône (même configuration). Et pourtant, il semblerait, d'après les protagonistes, qu'il n'y ait aucune difficulté entre eux pour conduire la politique du Conseil régional... On a peine à le croire.

Au surplus, une réflexion : sur la liste de la majorité sortante, on trouve une conseillère municipale de Metz passant, après cette fusion miraculeuse, de la section mosellane à la section meusienne. Dans ces conditions, comment demander aux électeurs d'accorder du crédit à la politique ?

Le choix de la clarté n'est décidément pas du côté de Jean-Pierre Masseret et de ses alliés circonstanciels.

Rassemblons les Lorrains en soutenant Laurent Hénart et ses colistiers !

Partager cet article

Bilan socialiste en Lorraine : la preuve par 2

Publié le par Julien Freyburger

La majorité sortante "PS et alliés" n'est peut-être pas aussi tranquille qu'elle le prétend ! Et pour cause, un bilan qui, s'il peut comporter évidemment certaines avancées, n'en est pas moins très contestable et, au final, peu profitable à la Lorraine et aux Lorrains.

La 2ème région la plus mal gérée...

Ainsi, pour le magazine L'Expansion qui vient de réaliser un dossier consacré aux élections régionales, la Lorraine est la deuxième région de France... la plus mal gérée ! Beau résultat que J.-P. Masseret et ses soutiens préfèrent passer sous silence.

2 gares...

Autre sujet qui fâche : la gare Lorraine TGV. Alors que Louvigny fonctionne vraiment bien, c'est une deuxième gare, à quelques kilomètres de là, dont les socialistes font leur priorité ! Nous serions ainsi la seule région de France voire d'Europe disposant de deux équipements de ce type dans un périmètre extrêmement réduit, le tout pour un faible pourcentage d'usagers potentiellement intéressés.

Plutôt que de construire une autre gare en pleine campagne, il me paraît plus judicieux de créer les conditions d'une vraie complémentarité entre la gare de Pont-à-Mousson, la gare Lorraine TGV et l'aéroport de Metz-Nancy-Lorraine. On pourrait mettre en oeuvre une liaison entre ces trois lieux proches les uns des autres, facilitant ainsi la vie des usagers tout en respectant l'argent des contribuables.

2 aéroports...

Alors que le transport aérien connaît des difficultés sans précédent et que l'aéroport de Metz-Nancy-Lorraine se porte mal, M. Masseret et son équipe n'ont rien trouvé de mieux que de créer de facto un deuxième aéroport à Chambley en investissant des sommes considérables dans un "espace central" improbable.

Le très beau site de Chambley qui jouxte la Madine devrait être exclusivement tourné vers les loisirs aéronautiques et les activités sportives, le Mondial Air Ballons constituant le rendez-vous phare des disciples de Pilâtre de Rozier.

Plutôt que de renforcer la spécificité de ce site naturel, il a été décidé qu'une chaîne de montage d'avions y serait installée avec l'arrivée de l'avionneur GECI International. Cette installation en Lorraine est évidemment une bonne nouvelle mais il serait plus judicieux de conforter le pôle économique de l'aéroport régional au lieu de mélanger les genres et de confondre tourisme et industrie.

2 tours !

Alors, bien sûr, la majorité sortante peut se targuer d'avoir, en période de crise, soutenu un pan essentiel de notre économie : l'industrie de la communication, en ne lésinant pas sur les moyens ! Panneaux et écrans publicitaires, manifestations en tous genres, distributions de tracts qui vantent davantage le Président du Conseil régional que la collectivité elle-même... Que d'efforts accomplis pour asseoir une image !

Heureusement, les Lorrains disposent de deux tours, les 14 et 21 mars, pour que cela change. Mettons-les à profit pour permettre à l'équipe conduite par Laurent Hénart avec Anne Grommerch-Brandenbourger et Jean-Luc Bohl en Moselle, de gagner l'élection et de redonner une vraie ambition à la Lorraine qui en a tant besoin.

Partager cet article