Une précision suite à l'article "Condamné au pluralisme"

Publié le par Julien Freyburger

De façon logique, voici tout d'abord l'article du Républicain Lorrain :

 

RL expressionélus 231010 RL expressionélus 231010

 

Et, dans son prolongement, le texte complémentaire que j'ai souhaité écrire.

 

Dans l’article intitulé « Condamné au pluralisme », publié ce jour, il est notamment écrit ceci : « (…) Lire des critiques (souvent vachardes) sur soi-même dans le journal écrit par ses propres services : voilà à quoi est condamné Gérard Terrier. Dura lex, sed lex ! »

 

Une précision mérite d’être apportée à cette appréciation : l’opposition municipale de Maizières-lès-Metz, en l’occurrence le groupe Maizières Ensemble, ne dispose que de ce seul support municipal pour exprimer son point de vue, tous les 2 mois, sur des sujets municipaux. La majorité municipale bénéficie, de son côté, de l’ensemble des moyens conférés par la direction des affaires municipales.

 

Les autres moyens d’expression sont les supports d’information de l’opposition (site internet et publications) et, dans un registre différent, les articles publiés dans la presse régionale dont on ne soulignera jamais assez le caractère indispensable à la vie démocratique.

 

Cet état de fait est normal mais il permet de comprendre pourquoi ce sujet, loin d’être un objet de « triomphe », est important pour la démocratie locale. J’ajoute que notre propos, certes parfois critique, est aussi le reflet exact de l’opinion de nombreux habitants privés de débats municipaux pendant tout le mandat précédent.

 

L’apprentissage de la démocratie est à conforter au quotidien. La décision du Tribunal Administratif de Strasbourg le prouve une fois encore.

Publié dans Autour de Metz

Commenter cet article