UMP de la Moselle : une vraie question de méthode

Publié le par Julien Freyburger

Dieu sait qu'il m'arrive souvent d'être critique à l'égard du Parti socialiste ! Ce n'est pas la Gauche dans ce qu'elle peut représenter et symboliser qui me heurte, ni même ses valeurs puisque je partage certaines d'entre elles. La philosophie gaulliste qui m'anime depuis mon plus jeune âge me conduit à me situer à Droite tout en n'étant pas hermétique à des idées et approches dites "de gauche". En revanche, l'attitude de l'appareil socialiste ne m'a jamais séduit tant elle m'apparaissait empreinte d'idéologie et de dogmatisme.

 

L'honnêteté me conduit néanmoins à reconnaître que la fédération socialiste de la Moselle a su, par un vrai travail de terrain et un effort réel de stratégie, parvenir à des résultats probants. Ainsi, au fil du temps, des territoires considérés par tous ou presque comme "imprenables" par un candidat socialiste ont fini par basculer. Ainsi, au gré des élections, des candidats dont on disait qu'ils étaient faits pour demeurer dans l'opposition ont fini par l'emporter. Les dirigeants socialistes mosellans n'ont d'ailleurs pas hésité à investir sur le long terme en promouvant des élus locaux sans que ces derniers puissent espérer gagner sur leur territoire dans un délai bref.

 

Cela s'appelle de la stratégie électorale et politique. Certes, elle n'est pas la seule cause de succès du PS aux élections locales tant la Droite, en de nombreuses circonstances, a tout fait pour favoriser l'accession aux responsabilités de ses adversaires ! Par ses divisions, par ses inconséquences mais aussi et surtout par son manque de stratégie, l'UMP de la Moselle a fait le lit de ses supposés opposants. Il ne s'agit nullement ici de faire le procès d'individus mais d'une incitation à réformer notre mode d'organisation et de fonctionnement.

 

Alors, il est plus que temps de faire évoluer un système qui n'est plus vraiment en phase avec la vie réelle ou, à tout le moins, avec les attentes légitimes du corps électoral et de nos électeurs. L'engagement politique est quelque chose de sérieux et n'est guère compatible avec des méthodes qui appartiennent à une autre époque.

 

Un immense chantier s'ouvre, celui du courage et de l'audace. Il nous faut nous réformer, faute de quoi les électeurs continueront à nous envoyer des messages, toujours plus explicites. Il nous faut renouveler, faute de quoi les électeurs le feront à notre place. Il nous faut travailler, faute de quoi nous bénéficierons à notre corps défendant de "grandes vacances".

 

Un immense chantier s'ouvre. N'attendons pas longtemps avant de poser la première pierre.

Commenter cet article

V@M 22/04/2010 21:41


Bonjour Julien
Alain Marty, il existe toujours? mauvais choix finalement...


Julien Freyburger 29/04/2010 16:54



Bonjour VàM, ayant été candidat à la présidence de l'UMP Moselle, vous comprendrez aisément que je ne souhaite pas entrer dans ce type de discussion ! Mon approche, à la fois d'élu local et de
militant, est différente mais elle n'a pas remporté la majorité des suffrages de l'ensemble des membres du CD. Je souhaite néanmoins que la situation évolue.



Gennaro 14/04/2010 21:17


@ Michel :

Mon cher Michel, je ne suis pas d'accord avec toi. Nous n'avons eu personne, depuis maintenant un sacré bout de temps, qui ai le cran de lancer des réformes importantes.... Ne nous cachons pas la
face, sans beaucoup d'audace et surtout une volonté de fer, les retraites seraient encore un sujet tabou !


Michel 14/04/2010 19:12


Tant qu'un certain NS se comportera comme il le fait depuis le soir de son élection, ce sera franchement très difficile de remonter la pente. Vous savez, l'audace, on a donné....

Michel


Gennaro 12/04/2010 17:05


Hello Julien,

tu parles très justement du parti socialiste MOSELLAN.. Peut-être tout le défi consiste-t-il à décentraliser les actions de l'UMP, afin de se recentrer sur chaque région ? Combien de militants
pestent contre telles ou telles décisions de Paris ?? Car nous en sommes (c'est mon humble avis, mais je pense qu'il est partagé) à toujours chercher NON PAS "pourquoi nous perdons en Moselle" MAIS
PLUTOT "qu'est ce que Paris a encore magouillé chez nous" ....
Faisons un grand concile des personalitées UMP qui compte en Moselle, et parlons stratégie, avenir, conquête !!! A croire qu'à l'UMP, on ne se bouge que lors des élections ou à la venue d'un
ministre


Julien Freyburger 12/04/2010 17:33



Cher Gennaro, tu abondes dans le sens de ce billet. Entièrement d'accord avec toi !