Réflexion suite à l'agression d'un enseignant à Aumetz

Publié le par Julien Freyburger

Hier, un collégien d'Aumetz a agressé un membre du corps enseignant en lui administrant un coup de couteau à l'abdomen. Cet acte terrible est de nature à traumatiser l'ensemble de la communauté éducative qui mérite tout notre soutien. Mes pensées sont tournées vers elle et le professeur victime de cet acte inqualifiable, en lui souhaitant de se rétablir très vite.

 

Au-delà de l'effroi répandu par cet accès de violence, qui affecte particulièrement le fils d'enseignants que je suis, il me paraît utile de mettre en garde ceux qui pourraient tirer parti de cet événement pour se placer sur le terrain des moyens dont le ministère de l'Education nationale est attributaire et sur celui de la critique systématique et, en cette circonstance, facile, de l'action gouvernementale.

 

Le véritable problème ne réside pas dans une approche partisane de ces questions mais dans le respect des règles de vie en société. Sans revenir à des temps immémoriaux, il apparaît aujourd'hui indispensable de remettre au goût du jour des notions aussi fondamentales que le respect de l'autorité, incarnée dans une classe par la personne du professeur.

Publié dans Autour de Metz

Commenter cet article

Gennaro 29/04/2010 14:34


Une petit question cependant me taraude : comment cela se faisse que tant de jeunes hommes puissent avoir accès à des armes blanches aussi facilement ? Ils utilisent des couteaux de cuisine ? ou
pas, et dans ce cas, est-ce normal que les parents ne réagissent pas sur le fait que ces jeunes ados puissent être armés?


Julien Freyburger 29/04/2010 16:45



Je te rejoins complètement : est-il normal que des gamins se trouvent en possession d'armes ? Le problème est profond et la situation traduit une perte de repères inquiétante.