Il faut que la SAFE vive et se développe !

Publié le par Julien Freyburger

La société SAFE Automotive d’Hagondange est actuellement placée en redressement judiciaire.  Mais un projet de reprise, porté par le Groupe Farinia, nous permet d’entrevoir un avenir solide et sérieux pour la Société des Aciers Fins de l’Est (SAFE).

 

Les salariés de la SAFE ont un véritable savoir-faire et une expérience exceptionnelle dans le domaine de la forge. C’est l’atout maître du site d’Hagondange qui dispose d’une forge à froid, d’une forge à chaud et d’une entité de maintenance.

 

Confrontée à des difficultés auxquelles il est parfaitement possible de remédier, la SAFE peut être aujourd’hui reprise par un groupe français qui a l’ambition et les moyens de constituer une filière forge française.

 

Pour y parvenir, 25 millions d’euros d’investissements sont prévus dans un avenir très proche pour moderniser l’outil de production et l’adapter aux demandes des clients, lesquels sont principalement des constructeurs automobiles.

 

Ce projet est le plus pertinent sur le plan économique, de la défense de notre industrie et de notre savoir-faire, et sur le plan de l’emploi. La solution retenue est la mieux-disante sur le plan social durable car elle est pérenne et dégage des perspectives en termes d’embauches et de réembauches futures.

 

Je me réjouis de l’engagement fort et massif du F.M.E.A. (fonds de modernisation des équipementiers automobiles) et de la participation de l’I.L.P. (institut lorrain de participation) résultant d’un véritable consensus politique.

 

Cette solution participe d’une défense de l’industrie française, particulièrement de la filière forge dont les débouchés sont nombreux. L’emploi industriel en Moselle est un sujet majeur auquel chacun se doit, dans un esprit de responsabilité, de contribuer.

Publié dans Autour de Metz

Commenter cet article

Tulkou 10/03/2011 10:34


Soutenir un industriel qui souhaite licencier 64 personnes et uniquement s'approprier le carnet de commandes et l'outil industriel, sans aucune autre perspective, c'est très fort.
L'exemple de l'usine Lutecia de MLM ne vous a pas suffit ?


Julien Freyburger 10/03/2011 12:22



Je pense qu'un quiproquo est à l'origine de notre échange, ce dont je suis désolé. Pour parler clairement, le projet industriel présenté par Farinia, qui est un forgeron français, me paraît tout
à fait digne d'intérêt. Personne ou presque ne conteste cet aspect des choses. L'Etat et les grands constructeurs automobiles sont d'ailleurs parties prenantes à ce projet, tout comme le Conseil
régional toutes sensibilités confondues. Sur le plan social, je ne souhaite en aucune façon la suppression d'emplois envisagée et je pense qu'il y a sur ce point des avancées possibles. Mon point
de vue positif sur le projet industriel a aussi pour visée une contrepartie sur le plan social. Il faut aussi savoir partir d'un point de vue positif pour parvenir à une solution discutée
satisfaisante pour tous. Le parallèle avec Lutecia ne me semble pas convenir, les circonstances étant dans le cas de la SAFE radicalement différentes. A vous lire, jf