Fin forcée de vivametz.net : la liberté d'expression en question

Publié le par Julien Freyburger

Le site internet de débat local, vivametz.net, vient de disparaître suite à une demande allant en ce sens formulée par la municipalité messine auprès de l'hébergeur canadien.

Les raisons invoquées ? Des propos déplacés, de rejet de l'autre voire proches de la diffamation.

La méthode utilisée ? Une application classique des dispositions législatives sur l'économie numérique.

Dont acte. Il est possible que certains des arguments déployés par la municipalité messine soient fondés. Il est même possible que certains des acteurs du site aient commis des maladresses voire des erreurs. Il est encore vraisemblable que des personnes visées par certains messages aient pu être légitimement blessées.

Ce fut mon cas, il y a quelque temps, quand j'ai entamé un dialogue rugueux avec les responsables de ce site dont j'estimais qu'ils allaient trop loin. Du reste, en tant qu'acteur politique local, je n'ai jamais été encensé par vivametz
- bien au contraire - pas plus, d'ailleurs, que la plupart de mes amis.

J'estime par conséquent ne pas être aujourd'hui le plus mal placé pour dire combien je trouve cette situation condamnable et préjudiciable à la liberté d'expression à laquelle mon attachement est grand.

Plus significative encore est la perspective offerte par cet état de fait : une information contrôlée, verrouillée, faisant fi de la nécessité pour des citoyens de pouvoir exposer leurs points de vue et critiques en toute liberté.

Nombre d'internautes ont d'ores et déjà exprimé leur mécontentement, d'autant plus profond que l'initiative en cause émane d'une municipalité de gauche dont la démocratie participative était l'un des chevaux de bataille.

Publié dans Autour de Metz

Commenter cet article

Pierre Lancieux 08/02/2010 11:37


Le pire, c'est la façon dont les médias nationaux et locaux sont muselés. Les choix rédactionnels, éditoriaux et la programmation des médias sont guidés par le marché et le pouvoir en place. Pas
étonnant, regardez qui contrôle: Lagardère, Bouygues, Dassault, Bolloré. Pressions intolérables sur les journalistes. Là est la censure et le début de la dictature. Qu'un blog soit fermé par un
hébergeur pour racisme et diffamation ne me choque pas. Que l'information des médias soient filtrées, appauvries ou censurées voire autocensurées, là est le scandale.
Vigilance, mes amis, vigilance.


Julien Freyburger 09/02/2010 10:58


Je partage vos questionnements sur l'indépendance des médias qui pourrait souffrir de telle ou telle influence. Une nuance tout de même : quand un groupe fait l'acquisition d'un titre de presse,
des engagements sont toujours formellement pris pour préserver la liberté des journalistes. Le Droit a d'ailleurs posé des conditions. Mais on sait que la vigilance doit toujours
être de mise !
S'agissant de la fermeture d'un blog pour un motif valable, d'accord avec vous à une condition : qu'elle résulte d'une décision de justice et non d'une volonté unilatérale d'une partie mise en
cause à un titre ou à un autre. Or, en la matière, ce n'est pas le cas.


Realiste 07/02/2010 20:18


Qu'il est bon de voir une intelligence poindre dans la bouche d'un politique. Ca réchauffe le coeur. Celà dit un blog à en général une liberté, celle de libérer les colères. Sans colère un peuple
est asservit et au-delà d'une simple fermeture de blog, on peut appeler cela la dictature. Qu'elle soit affirmée ou cachée, personne n'oublie son odeur. Ca sent fort en ce moment et c'est
inadmissible. Nous comptons sur l'opposition et sur la droite pour lever une fois pour toute un pouvoir qui nous rappelle de très mauvais souvenirs. Il est plus que temps.
Merci à vous.


Julien Freyburger 08/02/2010 07:27


Merci de votre commentaire. La liberté ne se négocie pas et un vrai dialogue peut résoudre bien des difficultés. Ce n'est visiblement pas la voie qui a été choisie en l'espèce.
Bien à vous.


V@M 06/02/2010 13:18


Merci Julien pour votre soutien qui ne vient pas toujours de celui qu'on pouvait attendre, c'est d'autant plus touchant.
Nous aurons beaucoup de choses à dire lorsque nous aurons repris la main.
Plus de liens sur des partis politiques quels qu'ils soient d'ailleurs.
Des ressentis, des vérités, pas de partis pris, nous somme une petite équipe et tout simplement nous relaterons des informations qui nous tiennent à coeur et qui bien souvent nous révoltent.
Croyez bien que la majorité actuelle ne sera plus épargnée car nous étions toujours très prudent dans nos propos.
Nous mettrons en ligne le courrier personnel de l'adjoint Payraudeau ainsi que tous les échanges courriels et ainsi la VERITE sera définitivement dévoilée.
Gauche ou droite, on dira...
Bien à vous.
V@M


Julien Freyburger 06/02/2010 19:42



Cela fait quelques jours que V@M a disparu et il manque déjà à la blogosphère locale... Vivement votre renaissance ! Cordialement.