Elever le débat

Publié le par Julien Freyburger

Au petit jeu des (plus ou moins) bons mots et des formules destinées à faire parler, personne ne peut vraiment donner de leçons aux autres. Ni la gauche ni la droite ni les autres. Cela peut faire sourire mais au final le "bilan coût / avantages", pour reprendre une expression juridique, est négatif.

 

Loin de moi l'idée de bannir l'humour de la vie politique car il est indispensable aux échanges humains, que ces derniers aient lieu dans un cadre institutionnel ou pas.

 

On ne peut en revanche pas dire la même chose des petites phrases assassines et des pseudo-révélations qui n'en sont pas. Bien sûr, leurs auteurs sont parfois momentanément récompensés en obtenant satisfaction sur tel ou tel sujet ponctuel, profitant ainsi de la crédulité de leur auditoire. C'est ainsi que j'ai pu apprendre de la bouche de certains de mes interlocuteurs que j'aurais fait ou dit ceci ou cela, ce qui s'est révélé rigoureusement inexact. Cet exemple est bien modeste au regard d'autres situations qui concernent des élus nationaux.

 

C'est une bonne illustration d'une façon de faire de la politique dont les Français sont lassés. Pace que cela n'apporte rien d'intéressant au débat public et, surtout, parce que cela ne fait en rien progresser les vrais sujets qui méritent d'être correctement traités.

 

Dans une période difficile pour beaucoup de personnes, dont les familles souffrent des effets d'une crise économique globale, l'esprit de responsabilité doit prévaloir, surtout chez les décideurs politiques qui sont les dépositaires de la confiance de leurs concitoyens.

 

Pour ma part, au niveau où se situe mon engagement politique, je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour combattre les attitudes et les comportements qui abaissent l'action publique, jusqu'à en faire un objet de rejet. J'ose espérer que les autres acteurs locaux ou nationaux, quelle que soit leur sensibilité, ne céderont pas à cette facilité dont l'usage permet de mieux masquer ses propres carences.

Publié dans En France et Ailleurs

Commenter cet article