Elections régionales : le défi lorrain

Publié le par Julien Freyburger

Les élections régionales auront lieu les 14 et 21 mars. J'ai voulu y participer en m'engageant sur la liste conduite par Laurent Hénart, "Priorité Emploi - Rassemblons les Lorrains".

Le projet que nous proposons aux Lorrains correspond aux besoins de notre Région qui, malgré tous ses atouts, accuse un retard significatif dans de nombreux domaines.

En témoignent encore récemment, outre les dernières tendances de l'emploi et du dynamisme économique connues depuis un bon moment, les enquêtes réalisées par deux magazines sérieux : Capital qui met notamment en lumière les sommes considérables investies à Chambley de façon parfois hasardeuse et, surtout, L'Expansion qui, sur la base de critères objectifs et de données analysées par des spécialistes, décerne à la Lorraine le titre peu flatteur de "deuxième région de France la moins bien gérée"...

C'est le recul de l'investissement régional et l'augmentation de la dette qui sont principalement pointés du doigt. Comment concevoir que l'investissement soit revu à la baisse alors que les coûts de fonctionnement n'ont cessé de progresser ? On ne bâtit pas, en outre, une politique régionale en se concentrant sur la communication qui, pour importante qu'elle soit, ne permet pas à elle seule de mener un travail de fond. Même les relations transfrontalières n'ont pas été favorisées alors que la Lorraine est la région la plus européenne !

Malgré le contexte électoral, je ne me réjouis pas un seul instant de la publication de ces indicateurs car l'avenir de la Lorraine nous concerne tous et dépasse évidemment le rendez-vous de mars. Ce sont nos conditions de vie et d'épanouissement en Lorraine qui sont en cause. Jamais je ne pourrai me résoudre à voir de jeunes Meusiens, Meurthe-et-Mosellans, Mosellans et Vosgiens bien formés par les institutions scolaires et universitaires implantées sur nos territoires faire leur vie ailleurs, non par choix mais par obligation ! C'est inacceptable.

L'avenir de notre Région se prépare dès maintenant et le Conseil régional est l'institution qui a la capacité d'initier des politiques fédératrices et innovantes qui n'ont pas tellement eu cours ces dernières années.

Alors, ne confondons pas les enjeux en opposant, comme le font sans vergogne certains soutiens de la majorité régionale sortante, Metz et Nancy ou la Région et l'Etat.

Donnons à la Lorraine les moyens d'une grande ambition fondée sur une volonté forte, celle de rassembler les Lorrains.

Commenter cet article

Tulkou 26/02/2010 15:31


Tellement pas favorisées les relations transfrontalières que le plan de mobilité transfrontalier (une première européenne) a été salué par l'Europe...
UMP = Union des Menteurs Populistes ??


Julien Freyburger 27/02/2010 08:23


Je passe sur le jeu de mots que vous faites en détournant quelque peu le sigle de l'UMP. Dans ce registre, on pourrait faire de même avec l'ensemble des partis politiques français. Il suffit
d'avoir un peu d'imagination !
S'agissant de la coopération transfrontalière, je maintiens que la Région aurait pu faire beaucoup plus et mieux. Le plan de mobilité transfrontalière est effectivement une bonne initiative qui
découle de la situation de la région Lorraine et du fait que 65 000 Lorrains se rendent chaque jour au Grand-Duché pour y travailler. Une situation unique en France.
A titre complémentaire, précisons que ce plan a été signé par le président du Conseil régional il y a un an, soit cinq ans après son arrivée à la Région.
Contacts et échanges ont eu lieu mais tardivement. Je maintiens donc mon propos.