En politique, peu de " cadeaux " pour les plus jeunes...

Publié le par Julien Freyburger

La prise de position récente de Philippe Leroy sur la nécessité de rajeunir et de renouveler le personnel politique à l'occasion des prochaines échéances m'a semblé tout à fait digne d'intérêt et suffisamment rare de la part d'un élu de premier plan pour être soulignée.

Il faut dire que, très régulièrement, des citoyens, engagés sur le plan partisan ou non, font part de leur souhait de voir le monde politique s'ouvrir à des gens nouveaux, jeunes ou moins jeunes d'ailleurs. Des sites internet locaux, tels vivametz ou rue57, s'en font d'ailleurs ponctuellement l'écho à travers les articles publiés et les commentaires postés.

En se montrant favorables au renouveau, les " élus en place " ne prennent donc pas de grands risques puisqu'ils se retrouvent ainsi en phase avec une large majorité de leurs concitoyens. C'est, à tout le moins, ce que l'on peut percevoir autour de soi et ce qui résulte de toutes les enquêtes d'opinion.

Qu'en est-il réellement en Moselle ? Force est de constater que si le mouvement de renouvellement s'avère difficile partout, il l'est encore davantage dans notre Département. Non qu'il résulte d'un manque d'investissement de jeunes gens désireux de s'engager et de prendre des responsabilités. Leurs capacités ne sont pas plus en cause puisqu'il existe un certain nombre de compétences qui ne demandent qu'à pouvoir s'exprimer.

A dire vrai, deux raisons essentielles me paraissent devoir être mises en exergue. La première est d'une limpidité extrême : il s'agit tout bonnement de l'absence de volonté en la matière d'une bonne partie du personnel politique qui n'a pas franchement envie de voir des plus jeunes les rejoindre. C'est humain, me direz-vous. Il n'est pas neutre de relever que bien peu d'élus d'expérience ont su (et, par conséquent, voulu) faire émerger de nouvelles têtes. Quand on se met en quête d'exemples a contrario, on éprouve les plus grandes difficultés à les identifier tant ils sont rares...

La seconde raison découle directement de la première : alors que chaque personne " qui fait quelque chose " court le risque de commettre des erreurs - quel(le) élu(e) peut se targuer de ne s'être jamais trompé(e) ? - on fait généralement montre de bien peu d'indulgence à l'égard des plus jeunes. Et, malheureusement, ceux-là mêmes qui appellent de leurs voeux un renouvellement de la classe politique sont parfois les premiers à s'engouffrer dans la brèche de la critique facile, sans connaître et sans savoir vraiment. Drôle de réalité.

Alors, il faut avoir la foi chevillée au corps pour poursuivre inlassablement sa route, avec enthousiasme et aussi une bonne dose de courage ! C'est probablement le critère qui permet de distinguer une vraie passion d'un engagement plus mesuré. Il faut se rendre à l'évidence : quand on ne bénéficie pas de conditions de départ particulièrement avantageuses, l'engagement politique s'apparente d'emblée à un sacerdoce. Peut-être s'agit-il là de la meilleure préparation sans laquelle rien de grand n'est vraiment possible à l'avenir ?

Commenter cet article

Jérôme Dumont 16/09/2009 18:05

Bonjour Julien,
Je partage en grande partie tes analyses. Le constat est malheuresement le même en Meuse.
A bientôt

Julien Freyburger 16/09/2009 19:29


Bonjour Jérôme,
C'est un point commun dont on se serait bien passé !
Mis à part le fait de persévérer et aussi le travail et l'investissement sur le terrain, je crois qu'il n'y a pas beaucoup d'autres méthodes.
A très bientôt le plaisir de te revoir.


Jonathan Leidner 16/09/2009 17:56

Etant élu au comité départemental de l'UMP Moselle, je vois que la place des jeunes, on en parle mais en fait, ce n'est pas réellement d'actualité.

Ce que je remarque, c'est que les jeunes qui veulent s'investir ne sont pas toujours soutenu... Par exemple, j'ai souhaité avoir le soutien de ma circonscription pour proposer d'être sur la liste régionale de Laurent Hénart, et bien ma circonscription ne m'a pas soutenu.

Plus grave encore, je remarque que l'on écoute moins voir pas les jeunes qui sont pourtant membres du comité de circonscription... Je le vois quand j'essaie de parler, on m'écoute peu voire pas du tout... Ce n'est pas quelque chose d'agréable et je le regrette.

Chacun devrait pouvoir donner ses impressions. A quand une limite d'âge pour être élu que ce soit dans un parti ou dans la vie publique ? J'y suis favorable...

Julien Freyburger 16/09/2009 19:25



Ce propos m'intéresse vraiment du point de vue de la façon dont il est rédigé. Il exprime des choses vraies. En effet, il n'est pas simple de militer et d'être écouté quand on
est jeune. Alors, sans relâche, il faut persévérer et on finit par s'imposer ! S'agissant des élections régionales, je crois savoir que cette entreprise est difficile pour beaucoup dans la mesure
où il y a peu de places proportionnellement au nombre et à la qualité des candidats potentiels, en plus d'autres caractéristiques propres à ce scrutin.