De vrais humanistes à la Fête de l'Humanité

Publié le par Julien Freyburger

Une fête, certes politique, mais une fête tout de même.
Un événement culturel, certes orienté, mais une dimension culturelle incontestable.
Un grand quotidien organisateur de cette fête politique et culturelle, certes engagé, mais un monument de la presse française.
Et un ministre de la Culture qui ne s'est pas dérobé et qui est venu à la rencontre des participants de la Fête de l'Humanité 2009.

Alors que son arrivée était prévue et avait fait l'objet d'une préparation réunissant cabinet ministériel et responsables de l'organisation, Frédéric Mitterrand s'est retrouvé sifflé et conspué sans aucune retenue par des participants dont le savoir-vivre n'est, semble-t-il, pas la première des vertus.

Tout a été dit sur ce regrettable épisode qui ne plaide pas en la faveur des fauteurs de troubles, bien au contraire. Face à l'incident, le sang-froid et la vraie correction du ministre de la Culture sont à saluer. Son comportement exemplaire est probablement la meilleure réponse possible à ce type d'agissements.

Une question simple mérite, à mes yeux, d'être posée. Les auteurs des invectives destinées à Monsieur Mitterrand (et aussi à d'autres personnalités) - qui ne sont en rien partie prenante à l'organisation de la " Fête de l'Huma " - prônent la tolérance, le respect et d'autres valeurs voisines (je l'affirme sans aucune preuve mais la présomption en la matière me paraît forte). Que ne commencent-ils à appliquer ces valeurs dans leur propre manière d'être ?

Eh oui ! La démocratie est une exigence de tous les instants... Même si d'aucuns affirment, non sans humour, que " la dictature, c'est : ferme ta gueule ! et la démocratie : cause toujours ", il n'est pas interdit de penser qu'avant même de causer, il peut être intéressant d'écouter l'autre.

Publié dans En France et Ailleurs

Commenter cet article