"Gagnons la Lorraine", pour que la Lorraine soit à nouveau gagnante !

Publié le par Julien Freyburger

Depuis quelques semaines, l'UMP et les mouvements qui lui sont associés ont choisi leur chef de file pour les élections régionales. Laurent Hénart, député de Meurthe-et-Moselle et ancien secrétaire d'Etat à l'insertion professionnelle des jeunes, a été désigné dans cette fonction à l'issue d'une mobilisation tout à fait probante des adhérents mosellans, meurthe-et-mosellans, vosgiens et meusiens.

Mobilisation concluante au regard de la distance restant à parcourir jusqu'au mois de mars 2010 mais aussi de l'absence de suspense à ce stade, un seul candidat entrant en lice.

C'est dire l'attente suscitée par cette échéance, à tous égards fondamentale pour notre région ! Et il faudra une volonté et une énergie sans faille ainsi qu'un véritable esprit de rassemblement, de renouvellement et d'ouverture pour permettre à la Lorraine d'être à nouveau
gagnante.

Il faut bien avouer que depuis cinq années l'abbaye Saint-Clément, siège du Conseil régional, a été muée en gigantesque boîte de communication. L'exécutif régional a fait preuve d'un réel talent et d'une inventivité sans pareil dans ce domaine en exploitant tous les supports possibles (Internet, télévision, radio, presse écrite, stands, caravanes, conférences en tous genres, tee-shirts, fêtes... et cette liste est loin d'être exhaustive).

Je me réjouis de ces initiatives en pensant aux différentes professions sollicitées pour mener à bien cette vaste entreprise de communication. La Région Lorraine a ainsi encouragé et soutenu une partie, même modeste, de l'économie régionale en mobilisant des sommes importantes dans le but de communiquer efficacement. Objectif atteint sans conteste.

Je suis en revanche beaucoup plus sceptique quand il s'agit d'évaluer les politiques menées par la majorité sortante dans les grands domaines d'intervention régionaux. Le pilotage à vue du commandant Masseret et de son équipage nous conduit à tirer une conclusion pour le moins inquiétante : voilà un quinquennat que l'on pilote un Airbus à la manière d'un avion de tourisme... 

Dès lors s'impose une évidence : pour tirer une banderole publicitaire, la puissance de l'appareil et l'expérience du personnel de bord importent peu !

Commenter cet article