Rachida Dati se prend au jeu

Publié le par Julien Freyburger

Quel déferlement de critiques à l'encontre de Rachida Dati qui participait l'autre soir à une réunion des Jeunes Populaires ! Ces derniers avaient organisé une manifestation mêlant sérieux et amusement avec, en guise de cerise sur le gâteau, une parodie du célèbre jeu télévisé Qui veut gagner des millions ?

Les réponses pour le moins approximatives de Rachida Dati s'inscrivaient bel et bien dans cet esprit et il ne faut dès lors pas s'étonner que "l'avis du public" ait été sollicité de même qu'il ait été fait "appel à un ami". Ne manquait plus que le "50/50" et le tour était joué !

Plutôt que de relativiser cet épisode et de le replacer dans un contexte de détente et de convivialité, certains esprits chagrins ont tout naturellement exprimé leur gêne, scandalisés qu'ils étaient par les propos tenus par le Garde des Sceaux qui, a-t-on pu lire ou entendre çà et là, est "ministre 24 heures sur 24", "dilettante" ou "manifestement en disgrâce"... Un quotidien national, Libération, a même cru bon devoir faire sa "
une" sur le sujet, quitte à verser dans l'approximation la plus grande en extirpant les propos controversés sans tenir compte du ton bon enfant de la soirée. Comme le dirait un ami, "il faut bien vendre du papier" et, pour ce faire, mettre momentanément de côté les règles essentielles de ce beau métier qu'est le journalisme.

Avis aux membres du gouvernement, mais aussi aux parlementaires et autres décideurs publics : à partir d'aujourd'hui, interdiction vous est faite de rire ou même de sourire sous peine d'être accusés de tous les maux ! Tenez-vous le pour dit ! Silence dans les rangs car votre statut d'élu vous a fait passer de l'autre côté, entendez par là un monde aseptisé et dépourvu d'humanité.

Et honte à ceux qui, à l'instar de Rachida Dati, pourraient faire montre de faiblesse en sortant de leur rôle de composition, ainsi qu'en témoigne
Le Figaro qui retrace l'ensemble des événements à l'origine de l'émoi des prétendus beaux esprits affligés par tant de légèreté.

N'en déplaise à ces derniers : je préfère l'humour, même incertain, à ces réactions de pisse-vinaigre qui n'ont de sérieux et de réfléchi que l'apparence. Et si ce court propos ne leur plaisait pas, j'utiliserais moi aussi un joker.

Publié dans En France et Ailleurs

Commenter cet article