Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

L'exercice du pouvoir par le PS : faible mais pas humble

Publié le par Julien Freyburger

Chaque jour apporte son cortège de nouvelles préoccupantes : chômage en hausse vertigineuse, déficits publics abyssaux, dépenses publiques incontrôlées, plus haut niveau de prélèvements de toute l'histoire contemporaine de notre pays et croissance en berne voire négative en 2013... Un cocktail explosif qui ne semble pas émouvoir outre mesure le couple exécutif qui tente de gouverner la France. La période d'essai dure depuis presque un an et, pour l'heure, n'est guère concluante si l'on veut conserver un ton mesuré. Mais si l'on tend l'oreille, on s'aperçoit que Jean-Marc Ayrault s'estime satisfait de sa première année passée à l'Hôtel Matignon. On n'est pas loin de l'exercice d'autopersuasion devant un peuple qui souffre, médusé par tant d'assurance aveugle.
 

Dans le même temps, on assiste à des scènes dignes d'un régime autoritaire, à l'instar de l'enlèvement manu militari par le maire PS d'Hayange (appliquant certainement une consigne de l'appareil socialiste) de la plaque commémorative de l'impuissance et des effets de manche électoraux d'un François Hollande suscitant de faux espoirs auprès des sidérurgistes, le tout depuis le toit d'une camionnette.


Toujours dans le même temps, le projet Skylander prend malheureusement l'eau et ne verra jamais le jour à Chambley, la terre promise du président PS du Conseil régional de Lorraine. Et l'initiateur du projet affirme dans un propos parfaitement univoque qu'il n'est nullement question de rembourser les 21 millions d'euros d'argent des Lorrains qui lui ont été avancés par la majorité régionale... Après tout, si ce n'est pas prévu, pourquoi se poser des questions ?


Ce ne sont là que quelques exemples parmi tant d'autres... et je n'ose imaginer un seul instant les réactions de certains caciques socialistes si de tels sujets avaient été à mettre au passif de l'UMP et de ses partenaires. Je n'ose imaginer la furie médiatique qui aurait immanquablement condamné sans appel et sans possibilité de rachat des responsables désignés à la vindicte publique. Inutile par ailleurs d'évoquer les grandes leçons moralisatrices régulièrement administrées par des socialistes nécessairement vertueux et "du bon côté de la force"...


Chacun sait aujourd'hui que la vertu n'est pas systématiquement l'apanage de ceux qui crient le plus fort et que face aux difficultés, il faut se montrer courageux et connaître sa feuille de route. Le tout en respectant ses adversaires qui ne méritent certainement pas de figurer au panthéon des "cons" malgré l'initiative blâmable d'un syndicat de magistrats dotés d'une certaine bonne conscience de gauche.

 

Partager cet article

Les municipales dans le Républicain Lorrain

Publié le par Julien Freyburger

Art RL 070413

Couv RL 070413

Publié dans Autour de Metz

Partager cet article