Editorial municipal de juillet 2016

Publié le par Julien Freyburger

Le contexte général ne nous épargne pas beaucoup : sécheresse historique au niveau des dotations de l’Etat, pluies historiques dans la région et partout en France et propos quelque peu hystériques tenus par des personnes en mal de reconnaissance, ici et ailleurs.

Le contexte maizièrois est quant à lui plus favorable même s’il peut toujours être amélioré. La Ville connaît une attractivité grandissante et jouit d’une réputation qui se renforce de jour en jour. Pour s’en convaincre, il suffit de constater avec enthousiasme que la demande d’installation à Maizières-lès-Metz excède de beaucoup l’offre, que ce soit sur le plan de l’accession à la propriété que sur celui de la location. Idem pour les entreprises dont les projets ont tendance à se multiplier ces derniers temps. Une illustration parmi d’autres : le gros investissement consenti sur l’ancien site de l’usine « Lutetia » qui est en cours de déploiement.

Une nouvelle dont on se serait tous passés, moi le premier : le réajustement fiscal opéré en 2016 qui permettra à notre Ville d’engranger 200 000 euros de recettes en plus, à mettre en balance des 2 millions d’euros dont l’Etat nous prive depuis 3 ans. Je ne me suis pas engagé pour cela et, je le sais pertinemment, aucun Maizièrois n’accueille cette nouvelle avec joie même si vous êtes nombreux à me dire que vous comprenez parfaitement la situation.

Une moins mauvaise nouvelle tout de même (et non une bonne nouvelle) : devant la pression des Maires de France qui ne savent plus comment équilibrer leurs budgets, le Président de la République a annoncé à l’occasion du Congrès de début juin que la nouvelle baisse des dotations de l’Etat pour 2017, consécutive et cumulative à toutes celles qui l’ont précédée, ne correspondra qu’à la moitié de ce qui était annoncé. On continuera de perdre mais moins !

J’ai immédiatement eu la conviction que cette moins mauvaise nouvelle devait profiter aux Maizièrois même si nous sommes parmi les communes dont les services à la population sont les plus nombreux et la fiscalité la plus basse (réajustement compris). C’est la raison pour laquelle personne ne paiera la taxe sur l’électricité en 2017 puisque le taux proposé au Conseil municipal sera de 0 et, par ailleurs, les tarifs du périscolaire prévus pour la prochaine rentrée vont être revus à la baisse.

Alors que le Gouvernement nous transfère sans arrêt de nouvelles charges sans aucune compensation, que les dotations fondent comme neige au soleil, vous pouvez compter sur notre détermination à nous adapter au mieux à la situation, en faisant preuve de pragmatisme et d’esprit de responsabilité au service de Maizières-lès-Metz, Ville dont nous sommes tous fiers.

Bel été maizièrois et à très bientôt le plaisir sans cesse renouvelé de vous revoir.

Publié dans Autour de Metz

Commenter cet article